Maheegan

Membre
  • Compteur de contenus

    4 078
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    2

Maheegan last won the day on December 6 2016

Maheegan had the most liked content!

Réputation sur la communauté

3 588 Excellent

À propos de Maheegan

  • Rang
    Pas reposante...et fière de l'être !!

Profile Information

  • Gender
    Female
  • Location
    ***Québec***

Visiteurs récents du profil

1 788 visualisations du profil
  1. ???????????????????????????????????????? mouahahahaha ............. Hors sujet ;o))
  2. Ahhh .... Les gars soyons sérieux !!!! Quand on sait que les mères des plus grands psychopathes du 20 ème siècle étaient pour la plupart des femmes très croyantes, à la vie "ultra saine" ... : Mais qu'elles ont pour quelques unes, castré leur garçon et ainsi poussé des tendances psychopathes à se développer et prendre une ampleur extrême. Mais ce n'est qu'un des facteurs en jeu... Mediom, on dirait une caricature psy, quand l'époque était de faire systématiquement porter la faute à la mère .......
  3. Ahhhh voila une idée qu'elle est intéressante .... "auparavant les gens atteints de maladies mentales étaient internés pour protéger la société." Voui voui voui, en effet... (vous me direz si après avoir lu ça, vous avez envie de les remettre en vigueur !!!!!) Remettons les choses en contexte : Les patients sont souvent restés enfermés dans des asiles, avec une panoplie de traitements empiriques plus ou moins sophistiqués pratiqués pendant tout le xixe siècle. Tels sont notamment les bains froids ou chauds prolongés, les purgatifs et émétiques, les saignées, les irritants, le fauteuil rotatoire, le bain de surprise, les attachements, les isolements, les galvanisations et autres électrothérapies. Les médecins eux-mêmes ne craignent pas de le dire. Par exemple, dans un ouvrage paru en 1859, un certain Dr Teilleux écrit : « L’électricité offre aussi l’avantage immense de pouvoir être employée comme agent de coercition. Depuis notre séjour à Maréville, nous nous sommes très bien trouvés des électrisations que nous avons données avec l’intention de réagir contre l’esprit d’indiscipline. » Au milieu du XVIIe siècle, un décret royal parachève ces dispositions en fondant le statut de l’hôpital général où l’on enferme pêle-mêle dans un même quartier : les idiots, les fous, les possédés, les vésaniques, les prostituées, les asociaux de tous acabits y compris les opposants politiques avec pour thérapeutique la contention par chaînes et le cachot pour les agités, la mise au travail pour les autres et une possibilité de libération conditionnelle après acceptation contractuelle d’un pacte moral avec l’existence humaine. Sade fut un des plus célèbres internés de Vincennes puis de Charenton. C’est l’époque du grand renfermement dans la ville. Bref tout pêle-mêle, les violeurs, certains assassins, les femmes en baby blues, les "hystériques" dont els maris veulent se débarrasser (captation d'héritage entre autre), les neurasthéniques, les dépressifs, les autistes, les gays, les personnes en état de choc, et j'en passe des dizaines d'autres catégories.) A ce titre un document intéressant sur la population des asiles : https://www.sendspace.com/file/u9ua09 Encyclopédie des traitements contre la folie d'hier à aujourd'hui Le premier psychiatre américain, le docteur Benjamin Rush, disait en 1812 qu'à un fou convaincu d'avoir un hamster dans le ventre, il fallait administrer un médicament en prétendant qu'il tuerait l'animal... L'histoire de la psychiatrie qui suit nous révèle que bien souvent, le malade était moins fou que son médecin. Texte tiré du numéro 13 spécial Folie - Automne 2006 Asile de fous n.m., lieu dans lequel on enferme le fou. Au Moyen Âge, on emprisonnait les fous par prévention dans des «tours aux fous». Elles possédaient des donjons restreints où les fous dormaient enchaînés sur la paille. C'est au 14e siècle que les hôpitaux ont commencé à aménager des pièces pour les aliénés. Blanchies à la chaux, elles devaient calmer les humeurs. Le premier hôpital psychiatrique en sol américain a été créé en 1765 à Philadelphie. Il servait à la fois de prison et de «zoo». Le dimanche, les gens allaient en famille observer les fous. Vu la grande affluence, on a fini par faire payer les visiteurs 4¢. Au 18e siècle, l'Angleterre voit apparaître des maisons privées. Les mieux nantis pouvaient y envoyer leurs fous. C'était d'ailleurs un moyen éprouvé pour se débarrasser de sa femme. Aujourd'hui, on ne peut faire interner une personne sans son consentement ou un jugement de la cour. Bain surprise n.m., bain très froid donné au fou à son insu. Le changement subit de température crée un choc qui ramène le fou à ses sens. Bien avant l'invention de l'ordinateur, les psychiatres conce­vaient l'homme comme quelque chose qu'on pouvait formater. Le bain surprise fut le premier traitement d'une longue série de thérapies par le choc qui vont être utilisées dans le but de «rebooter» le cerveau du fou. Pour refroidir les ardeurs de certains patients, on les transportait les yeux bandés dans une pièce où on les plongeait subitement dans l'eau glacée. Dans les années 1820, on appelait cette technique le «bain surprise». Le choc était si grand qu'il pouvait effectivement ramener un fou à la raison quelques instants. On immergeait aussi des patients enfermés dans une boîte percée de façon à ce qu'ils se noient. On les retirait de l'eau après que les dernières bulles soient remontées à la surface. On espérait ainsi qu'ils se réveillent normaux. Camisole de force n.f., chemise dont les manches longues s'attachent dans le dos du fou de façon à ce qu'il demeure immobile. Bien que la contention du fou ait toujours existé, la camisole de force a été inventée en 1790 par un tapissier français à l'Hôpital de Bicêtre. Elle n'est plus utilisée en milieu psychiatrique mais on peut toujours attacher le patient à son lit. La contention est toutefois réglée au quart de tour. L'immobilisation du patient doit être prescrite par un médecin et la prescription doit être revue aux 4 heures. Le patient immobilisé doit être vu par le personnel soignant aux vingt minutes. Aujourd'hui, on peut retrouver la camisole de force dans des sex-shops, plus souvent en latex ou en cuir. Chaise tranquillisante n.f., outil de contention ayant la forme d'une chaise sur laquelle on attache le patient par le tronc, la tête, les chevilles et les poignets. La camisole c'est bien beau, mais la chaise tranquillisante c'est encore mieux pour immobiliser tout mouvement et calmer les fous les plus furieux. La tête était enfermée dans une boîte en bois, les poignets, la taille et les chevilles étaient attachées, et un trou était prévu pour les excréments, en cas de besoin prolongé. Le docteur Benjamin Rush, fier de son invention, s'est vanté d'avoir laissé un patient sur la chaise durant six mois. Encore aujourd'hui, bien que la contention soit rigoureusement surveillée dans les hôpitaux, il peut arriver qu'on fixe une tablette aux chaises roulantes des personnes âgées, au cas où elles oublieraient qu'elles sont incapables de marcher. Contention chimique n.f., action plus ou moins violente par laquelle on contrôle le fou en modifiant la chimie de son cerveau. Le premier médicament à avoir été utilisé dans le «traitement» de la folie est apparu en mai 1954. La thorazine abattait littéralement les malades. Plusieurs étaient incapables de lire ou de parler, disaient n'avoir aucune émotion, aucune initiative et étaient, plus souvent qu'autrement, réduits à demeurer au lit. Les premiers neuroleptiques étaient tellement puissants qu'ils étaient utilisés pour torturer les dissidents en urss. À l'époque de Staline, certains simulaient la folie pour éviter les camps de concentration. Après avoir goûté à la médecine, ils suppliaient les autorités de les renvoyer aux travaux forcés. La nouvelle génération de neuroleptiques est apparue dans les années 90. Les atypiques, comme on les appelle, bloquent à la fois la dopamine et la sérotonine, un neurotransmetteur qui agit entre autres sur l'anxiété. On connaît peu leurs effets à long terme mais on sait que les recherches effectuées à ce jour sont douteuses. Si vous n'avez pas confiance en ce traitement soft, vous pouvez toujours recourir à un de ceux mentionnés précédement, De toute manière, il est difficile de nos jours de trouver un médecin qui n'ait aucun intérêt dans le domaine pharmaceutique, une industrie qui rapporte, seulement dans le domaine psychiatrique, 87 milliards de dollars us annuellement. Électrochoc n.m., traitement consistant à provoquer une perte de conscience et des convulsions chez le fou en lui envoyant des décharges électriques par des électrodes posées sur les tempes. Dans la foulée de la théorie sur le surplus d'intelligence, on tente de trouver d'autres méthodes révolutionnaires pour endommager le cerveau de mieux en mieux. En 1938, les premiers électrochocs sont administrés par l'Italien Ugo Cerletti. Il croyait en outre que la schizophrénie était une maladie opposée à l'épilepsie et que l'induction artificielle de convulsions contre­carrerait l'état psychotique. On utilise toujours l'électro­convulsivothérapie (ect) et son effi­cacité a été démontrée dans le traitement de dépressions majeures. On estime que 100 000 thérapies d'électrochocs sont administrées annuellement aux États-Unis. Gyrator n.m., planche horizontale sur laquelle le fou est installé pour y effectuer quelques tours rapidement. Outil à la fois thérapeutique et punitif. Dans les années 1800, le docteur Benjamin Rush utilisait toutes sortes de méthodes pour faire sortir le méchant. Parmi celles-ci, le gyrator. On atta­chait le fou sur une planche horizontale qu'on faisait tourner à l'aide de manivelles à des vitesses dignes du Rotor de La Ronde. On prétendait alors que la folie était due à un manque de sang dans le cerveau. À la fin du traitement, le patient était tellement étourdi que son comportement n'était plus du tout le même. La preuve était donc faite, le gyrator était l'invention du siècle. Lobotomie n.f., opération neurochirurgicale qui consiste à enlever le bout de cerveau qui fait défaut chez le fou. En 1935, le docteur John Fulton présente à la communauté scientifique deux chimpanzés dont on a retiré complètement le lobe frontal. Les cobayes semblent imperturbables, au grand enthousiasme des médecins présents. Parmi eux, le Portugais Egas Moniz, un homme en mal de prix Nobel. Ce dernier tente l'expérience sur l'humain. En 1936, Walter Freeman, trouvant la technique de ses prédécesseurs trop compliquée, opte pour une méthode plus facile. Il insère un pic à glace dans l'orifice oculaire de ses patients et gosse dans le trou de façon assez aléatoire pour détériorer le siège des émotions situé dans le lobe frontal. Fier de sa méthode, il inventa ensuite la lobotomie en ligne, alignant les patients à traiter pour battre des records de vitesse. L'histoire raconte que les infirmières chronométraient, les observateurs s'évanouissaient, la speed-lobotomie était née! Mutilation n.f., opération chirurgicale qui consiste à retirer du corps du fou une partie infectée qui serait la cause de sa folie. Depuis le début des temps, on a tenté d'extraire la folie du corps humain. Les purges, les saignées, l'administration de produits émétiques (qui font vomir) et le maintien de plaies ouvertes ont été utilisés jusqu'au début du 20e siècle. Puis, la dentisterie s'est introduite dans le domaine psychiatrique. Le docteur Henry Cotton, du New Jersey, croyait dans les années 1920 que les dents infectées étaient la cause du désordre mental. Il a donc procédé à l'extraction des dents de ses patients. Devant un mince 25% de succès, Cotton s'est dit que l'infection d'autres organes pouvait être la cause de folie des cas infructueux. Les chirurgies se sont étendues au côlon, à l'utérus, à la prostate, à l'appendice, à la vésicule, etc. Selon le docteur, 85% de ses patients étaient ainsi guéris. On a cependant trouvé la donnée manquante quelques années plus tard: 43% des patients succombaient à l'opération. 20 photos historiques d'asiles psychiatriques qui font froid dans le dos Véritables théâtres horrifiques, les asiles psychiatriques enfermaient et traitaient les fous à une époque où la médecine brute et sévère était à ses balbutiements. Découvrez 20 photos historiques d’asiles psychiatriques qui ne vous laisseront pas indifférents ! De tout temps, l’Homme a été intrigué par les comportements déviants de ses semblables. Ce sont dans ces premiers asiles psychiatriques que l’on expérimentait les différents types de thérapie, directement sur les patients. Au XIXème siècle, les premiers traitements se résumaient à des restrictions ou des confinements brutaux. Ce n’est qu’à la suite de plusieurs réformes que le traitement des malades mentaux s’est « humanisé ». Les asiles sont devenus des hôpitaux psychiatriques qui adaptent désormais leur traitement dans le but d’aider les patients à être indépendant grâce aux médicaments et aux psychothérapies. Seulement voilà, il y a un siècle de cela, les asiles avaient de quoi glacer le sang comme dans Shutter Island. Découvrez 20 photos historiques d’asiles psychiatriques qui pourraient hanter vos nuits : 1 – L’asile de Kalamazoo, dans l’Etat du Michigan (Etats-Unis) en 1870 slightlywarped.com 2 – Dr. Freeman fut celui qui a popularisé la lobotomie, une pratique médicale très controversée slightlywarped.com 3 – Des patientes reçoivent un traitement par radiations, au début du XXème siècle slightlywarped.com 4 – Piqûre pour ce patient dont le bras est gravement scarifié slightlywarped.com 5 – Atteinte de tuberculose, cette mère a eu la permission de sortir le temps d’un dimanche, à condition de rester alitée slightlywarped.com 6 – Des patients dans des cabines à vapeur, 1910 slightlywarped.com 7 – Un patient en camisole dans un hôpital psychiatrique en Serbie en 1999 George Georgiou 8 – Un patient subit un traitement cérébral appelé la diathermie (1920), une pratique aujourd’hui interdite slightlywarped.com 9 – Un patient enfermé slightlywarped.com 10 – Un patient déchaîné maîtrisé violemment par les gardiens dans un asile du Yorkshire (Angleterre) en 1869 Henry Clarke 11 – Des morceaux de cerveaux préservés dans de la cire slightlywarped.com 12 – Un homme teste une véritable machine à claques slightlywarped.com 13 – Un patient schizophrène est resté plusieurs heures dans cette position slightlywarped.com 14 – Au XIXème siècle, cette coque a été conçue empêchait les patients de se masturber car on pensait que tout type d’excitation pouvait rendre plus fou slightlywarped.com 15 – Un masque pour les fous, au XVIIème siècle slightlywarped.com 16 – Un patient enfermé sur une chaise restreinte pour calmer l’hystérie dans le Yorkshire (1869) slightlywarped.com 17 – Des patients à l’asile psychiatrique Brentwood, à New York, en 1940 slightlywarped.com 18 – Une radio rayon X d’un bras rempli d’aiguilles… slightlywarped.com 19 – Un asile abandonné à Limbiate, en Italie slightlywarped.com 20 – Le centre psychiatrique de Long Island, à New York, pouvait accueillir jusqu’à 14000 patients en même temps…
  4. C'était une simple réponse !!! Bonne remarque ça, et à force de vouloir faciliter l'insertion d'une partie de la population, on finit par la marginaliser en en faisant un cas d'exception....les femmes, les handicapés, ....Ceci dit ça a aussi ses bons côtés dans la mesure ou la parité est assurée, mais parfois aussi au détriment de la compétence, je suis d'accord ! Malgré tout dans le doute je préfère la parité qui est infiniment plus représentative de la population actuelle de nos pays. C'est une généralité et je doute que tous soient ainsi, incompétents et impolis....Dire que c'est un choix politique préférentiel, qui écarte systématiquement les canadiens, je pense que c'est voir les choses par le petit bout de la lorgnette. Sans doute que c'est parfois vrai,mais c'est aussi souvent faux Mais tu as raison, tout ceci est hors sujet dans ce post ;o)) Je m'arrête donc ici. Donc ma réponse : Comme nous le savons tous, chaque pays a sa croix à porter. La population est faite d'individus, et il arrive que certains n'aient pas le sens de l'appartenance au pays qui les accueille, les fait vivre, leur offre des conditions plus satisfaisantes. Il y aura toujours des gens pour cracher dans la soupe et ne pas se satisfaire de ce qu'ils ont trouvé. Il y aura toujours des gens qui essaieront par tous les moyens de faire passer leur idéologie, fusse-t-elle bonne ou mauvaise... Il y aura toujours des gens avec des à priori. Il suffit d'une mauvaise personne sur un million pour discréditer une population entière. C'est comme la confiance. On met des années à la gagner, et il suffit d'un instant pour la perdre irrémédiablement ....
  5. Et ça Charlou, est-ce que ça te choque ?????? Canadiens 100 % ayant un poste au gouvernement et étrangers (Inde, Iran......) Navdeep Singh Bains - ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique Harjit Singh Sajjan - ministre de la Défense nationale Amarjeet Sohi - ministre de l'Infrastructure et des Collectivités Maryam Monsef - ministre des Institutions démocratiques Bardish Chagger - ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme
  6. Oupsss... et bien oui certes, mais une petite explication ???? Si'ou plaittttttt ...
  7. Alors il ne reste plus qu'à faire un appel à la communauté pour qu'un mathématicien nous explique ;o)) Je sais que les blagues de matheux sont souvent absconses, alors on verra bien ;o))
  8. Bon alors en parlent actuellement en France : - Ouest France (article ci-dessous) - Gentside - Ohmymag Les articles dans d'autres journaux commencent à sortir... Donc let's wait and see ... Donald Trump va-t-il bientôt démissionner ? PAR LINDA BENOTMANE ACTUALITÉ C’est ce qu’affirme l’Américaine Dianne Feinstein, sénatrice démocrate de Californie. Cette femme influente dans la vie politique des États-Unis laisse entendre qu’elle en sait bien plus qu’elle ne le dit pour le moment. « Donald Trump va bientôt démissionner. » Cette déclaration de Dianne Feinstein, sénatrice démocrate, ne passe pas inaperçue. Interrogée par des manifestants opposants à Donald Trump, à Los Angeles, la « powerlady » a ajouté « qu’il ne devrait plus rester bien longtemps à la Maison-Blanche ». « Nous savons qu’il viole la loi tous les jours », a déclaré la femme politique, âgée de 83 ans. « Il a des relations évidentes avec la Russie. Il y a tant de choses illégales qu’il fait inconstitutionnelles. Comment allons-nous le faire sortir ? », questionne le manifestant. Dianne Feinstein, qui siège au Comité de la magistrature du Sénat, répond : « De nombreuses personnes examinent actuellement cette question. Je pense qu’il va partir de lui-même. Mais je ne peux pas répondre à cela maintenant. » Et de citer plusieurs conflits d’intérêts potentiels entourant l’empire d’affaires de Trump. Notamment au sujet de récents voyages à Dubaï des fils de Donald Trump, Donald Jr et Eric, qui y ont ouvert un club de golf. « Je crois que ces dépenses gouvernementales ne devraient pas être autorisées. Il n’a pas à envoyer ses fils dans un autre pays pour conclure un accord financier pour sa société. Nous travaillons sur plusieurs projets de loi traitant des conflits d’intérêts. » Dianne Feinstein est sénatrice démocrate de la Californie. (Photo : capture d’écran Youtube) L’historique sénatrice de Californie n’est pas une élue comme les autres. À 83 ans, elle est la personne la plus âgée à siéger au Sénat. Elle préside également la commission sénatoriale dédiée à la surveillance des services de renseignements. Elle a enquêté et dévoilé les programmes d’interrogatoires forcés et les actes de tortures mis en place après le 11-Septembre par l’administration Bush et la CIA. Mais l’élue n’est pas la première à évoquer le départ de la Maison-Blanche de Donald Trump. Le cinéaste Michael Moore, qui avait prédit l’élection de Donald Trump, l’a affirmé. Plusieurs commentateurs ont prédit une mise en accusation, comme Allan Litchmann, surnommé « Prediction Professor ». Richard Nixon est le seul président des États-Unis dans l’histoire à avoir démissionné avant sa probable destitution, lors du scandale du Watergate. Gentside : Donald Trump : la sénatrice Dianne Feinstein aurait des preuves concernant la démission du président américain Malgré son âge avancé (83 ans), Dianne Feinstein est encore aujourd'hui une femme redoutée de tous. Surnommée la "Powerlady", elle affirme que Donald Trump démissionnera très prochainement. Interrogée par un militant anti-Trump sur les agissements controversés du président américain, la redoutable sénatrice démocrate de la Californie aurait laissé entendre qu'il ne serait plus qu'une question de temps avant que Donald Trump n'abandonne sa place à la tête du pays. "La mamie qui fait peur à la CIA" Présidente de la commission sénatoriale dédiée à la surveillance des services de renseignement, la Powerlady est réellement en mesure d'effrayer la CIA, et sous-entend qu'elle est en possession de précieuses informations. "Avec beaucoup d'autres personnes, nous sommes en train d'enquêter. Je pense qu'il démissionnera bientôt de lui-même", avait-elle déclaré avant d'ajouter qu'elle ne pouvait pas en dire plus pour le moment. De nombreuses personnes spéculent sur une éventuelle démission de l'actuel président des Etats-Unis bien avant la fin de son mandat, notamment le célèbre réalisateur Michael Moore. Reste encore à connaître la fiabilité des arguments de Dianne Feinstein, qui sont pour l'instant gardés secrets. Publié par Jacques Grouvel , le 23 mars 2017En savoir plus : http://www.gentside.com/donald-trump/donald-trump-une-source-tres-fiable-affirme-que-le-president-devrait-bientot-demissionner_art79255.htmlCopyright © Gentside Le Point "La mamie" qui pourrait faire chuter Donald Trump Modifié le 21/03/2017 à 17:02 - Publié le 21/03/2017 à 16:55 | Le Point.fr "Donald Trump démissionnera bientôt". Cette déclaration fracassante est signée Dianne Feinstein surnommé la "Powerlady". Interrogée par un militant anti-Trump sur les méthodes controversées du président, la redoutable et redoutée sénatrice démocrate a sous-entendu que Donald Trump ne resterait plus très longtemps à la Maison-Blanche, rapporte The Independant. "Avec beaucoup d'autres personnes, nous sommes en train d'enquêter. Je pense qu'il démissionnera bientôt de lui-même", a lancé l'élue de Californie avant de préciser : "Je ne peux rien dire à ce sujet aujourd'hui". Dianne Feinstein, 83 ans, est aussi surnommée "La mamie qui fait peur à la CIA". Elle préside d'ailleurs la commission sénatoriale dédiée à la surveillance des services de renseignements. Reportages, analyses, enquêtes, débats. Accédez à l’intégralité des contenus du Point >>
  9. Pas de soucis, Maximus, je te donne un jour de plus, et je ne mettrai les réponses que samedi soir ou dimanche matin ;o) Comme ça peut-être que d'autres aussi auront envie de participer ;o)
  10. Oui, en effet, c'est ce que je disais, compte tenu du contexte socio économique en Europe, ça risque de ne pas aller en s'arrangeant...
  11. Merci beaucoup ;o)
  12. Présidentielle. Les déclarations de patrimoine des 11 candidats disponibles Modifié le 22/03/2017 à 22:28 | Publié le 22/03/2017 à 18:10 Les déclarations de patrimoine des onze candidats à l'élection présidentielle ont été mises en ligne ce mercredi sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). | Ouest-France avec AFP Les déclarations de patrimoine des onze candidats à l’élection présidentielle ont été mises en ligne ce mercredi peu avant 18 h sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Biens immobiliers, comptes bancaires, véhicules : ces déclarations sont publiées pour la première fois, conformément aux lois sur la transparence adoptées en 2013 après l’affaire Cahuzac. Elles sont disponibles sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique(HATVP). En tout, 14 000 élus et agents publics sont soumis à ces procédures. Ils doivent déclarer les bien immobiliers, les produits financiers, les biens immobiliers, les véhicules, les fonds de commerce, clientèle et charge, les autres biens qui valent plus de 10 000 €, les biens et comptes à l’étranger ou encore le passif. « Un réel progrès démocratique » « C’est un nouveau pas franchi en matière de transparence et un réel progrès démocratique, à l’instar de ce qui se pratique dans d’autres pays comme les États-Unis et le Chili par exemple », a estimé, dans une déclaration transmise à l’AFP, l’ancien magistrat Jean-Louis Nadal, président de la HATVP. Conformément à une décision du Conseil constitutionnel en octobre 2013, « ces déclarations n’ont fait l’objet d’aucun contrôle de la Haute autorité », rappelle celle-ci dans un communiqué. Elles figureront sur le site de la Haute autorité jusqu’à l’issue du premier tour, le 23 avril. Les déclarations des deux finalistes demeureront ensuite en ligne jusqu’à l’issue de l’élection présidentielle. Pour M. Nadal, « le sens de cet exercice de transparence, ce n’est pas de savoir si les candidats sont riches ou pas et de faire un classement […] mais de porter à la connaissance du public les intérêts financiers de chacun des candidats, et donc les liens d’intérêt qui en découlent ». Patrimoine, intérêts : ce que les élus doivent déclarer Modifié le 22/03/2017 à 12:59 | Publié le 22/03/2017 à 12:15 - Les sénateurs (photo), les députés, les membres du gouvernement, les présidents de conseils régionaux et départementaux, etc. doivent remplir des déclarations de patrimoine et d'intérêts. | Reuters Ce mercredi à 18 heures seront publiées les déclarations des onze candidats engagés dans la course à l’Élysée. Pour garantir la transparence de la vie publique, quelque 14 000 élus et agents publics sont soumis à ces procédures. Mais que doivent-ils déclarer exactement ? Ce mercredi à 18 h C’est une première dans la vie politique française. Cet après-midi, à 18 h, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique mettra en ligne sur son site les déclarations de patrimoine et d’intérêts des onze candidats à l’élection présidentielle. De nombreux élus et agents publics y sont également soumis. 14 000 élus et agents publics concernés Depuis les lois du 11 octobre 2013 relatives à la transparence de la vie publique, qui doit effectuer cette déclaration de patrimoine et d’intérêts ? Le gouvernement, les députés et sénateurs, les représentants français au Parlement européen, les membres du Conseil supérieur de la magistrature, les membres des autorités administratives et publiques indépendantes, les collaborateurs du président de la République et des ministres, les présidents de conseils régionaux et départementaux, leurs directeurs et conseillers, les maires des communes de plus de 20 000 habitants et leurs chefs de cabinet, les présidents d’Epci (Établissements publics de coopération intercommunale), les présidents et directeurs des offices publics de l’habitat gérant un parc supérieur à 2 000 logements, etc. Au total, actuellement, quelque 14 000 personnes sont concernées. Que doivent-ils déclarer ? Les biens immobiliers. Tous les immeubles détenus en propre, en indivision. Si des époux ont acheté une maison en pleine propriété, c’est la totalité de cette maison qui doit être déclarée et non simplement la moitié. Contrairement aux règles applicables en matière d’ISF, aucune minoration ne doit être appliquée sur la valeur de la résidence principale. Les produits financiers. Les actions, les assurances vie, les comptes bancaires... Les biens mobiliers. S’ils ont une valeur unitaire supérieure à 10 000 €, il faut mentionner les bijoux, les meubles de collection, les œuvres d’art... Les véhicules. Les voitures, motos, bateaux, avions de plus de 10 000 €. Les fonds de commerce, clientèles et charges s’ils entrent directement dans le patrimoine. Les autres biens qui valent plus de 10 000 €. Les stock-options, les devises, mais aussi les chevaux de course. Les biens et comptes à l’étranger. En précisant la ville, le pays, le nom de l’établissement bancaire. Le passif. Toutes les dettes, notamment le passif fiscal. En fin de mandat La Haute Autorité s’assure que l’évolution du patrimoine au cours des fonctions correspond aux revenus perçus pendant cette période. Sont pris en compte des « événements majeurs »: mariage, divorce, succession, achat et vente de bien immobiliers, emprunts... La déclaration d’intérêts Un élu est-il lié à un industriel ? Un expert est-il rémunéré par une entreprise ? Quels liens familiaux et financiers entretiennent-ils ?… Ce document recense l’ensemble des activités, des fonctions, des mandats et participations du déclarant. Elle vise à prévenir les conflits d’intérêts. L’élu ou l’agent détaille son activité professionnelle (ou sa mission de consultant, de bénévole) pendant les cinq dernières années, sa rémunération, ses participations financières, ses mandats et fonctions électives. Il indique aussi les activités de son conjoint, pacsé ou concubin. En revanche, la rémunération perçue par ce conjoint n’est pas demandée. Pour les députés et sénateurs Ces parlementaires doivent aussi indiquer la liste de tous leurs collaborateurs, qu’ils travaillent à Paris ou dans la circonscription. Enfin, les parlementaires mentionnent les activités qu’ils souhaitent conserver, afin d’étudier si une activité se révèle incompatible avec leur mandat. Vérifications L’ensemble de ces documents est ensuite vérifié et contrôlé par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Ce qui est publié Sur le site Internet de la Haute Autorité, certaines données sont rendues publiques. Il s’agit des déclarations de patrimoine du membres du gouvernement; des déclarations d’intérêts des membres du gouvernement, des députés européens et des élus locaux; des déclarations d’intérêts et d’activités des députés et sénateurs. En préfecture, les déclarations de patrimoine des députés et sénateurs. Les mensonges sanctionnés Ne pas déclarer, fournir une évaluation mensongère de son patrimoine ou omettre une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts est un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. Une peine d’inéligibilité de 10 ans peut également être prononcée ainsi que l’interdiction d’exercer une fonction publique. Jean-Luc Mélenchon dévoile son patrimoine de près d'un million d'euros Modifié le 22/03/2017 à 16:30 | Publié le 22/03/2017 à 16:30 Jean-Luc Mélenchon a déclaré ce mercredi sur son blog un « patrimoine net » proche d'un million d'euros, quelques heures avant la publication des déclarations de patrimoine des onze candidats. | AFP Jean-Luc Mélenchon a déclaré ce mercredi sur son blog un « patrimoine net » proche d'un million d'euros, quelques heures avant la publication des déclarations de patrimoine des onze candidats à la présidentielle par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Sur le blog de Jean-Luc Mélenchon, sous le titre « Moi, mon patrimoine, mon statut », Jean-Luc Mélenchon a souligné, sur un ton ironique, qu'il n'a « pas hérité d'un château où (se) loger, ni d'un parti politique créé par (son) père », visant implicitement Marine Le Pen. « Je ne fais pas semblant d'habiter Hénin-Beaumont, je n'ai ni voiture, ni chauffeur (...) je ne conduis pas », a poursuivi le candidat de La France insoumise, relevant aussi ce qui le distingue notamment de François Fillon. L'eurodéputé présente un « patrimoine net » de 965 000 euros, essentiellement composé d'un appartement parisien acheté 800 000 euros en 2014 et d'une « maison de campagne (...) vers Montargis ». 165 000 euros de dette et 98 000 euros d'épargne Par ailleurs Jean-Luc Mélenchon déclare 165 000 euros de dette et 98 000 d'épargne : « j'épargne beaucoup parce que je suis très bien payé au Parlement européen », explique-t-il. La Haute autorité doit rendre publiques les déclarations patrimoniales des candidats sur son site à 18 h. La déclaration, sur un modèle qui a été fixé par décret, consiste en une photo de ce que possède le candidat au 1er janvier 2017. Il doit consigner l'ensemble de ses biens propres ainsi que les biens détenus en commun avec son conjoint et les biens en indivision. Immobilier, biens supérieurs à 10 000 euros, voitures, œuvres d'art, comptes bancaires et produits d'épargne, mais aussi participations dans le capital de sociétés, assurances vie et dettes éventuelles, dont celles au fisc, doivent être chiffrés, y compris s'ils sont détenus à l'étranger. Sept des onze candidats ont déjà été soumis au contrôle de la Haute autorité, en tant qu'ex-ministres ou parlementaire, ce qui est notamment le cas de M. Mélenchon.
  13. Ah ben non, 100 000 dollars US en dollars canadiens, ça fait Convertir Dollar US vers Dollar Canadien : $ 100 000 = $ 133 362 Mais je trouve la somme tellement ridicule qu'elle n'est même pas crédible !!!! Et en dehors de quelques journaux l'info n'est pas relayée dans la presse encore sauf : - http://www.phonandroid.com/apple-groupe-pirates-menace-reinitialiser-300-millions-iphone.html - http://www.presse-citron.net/piratage-pirates-menacent-de-supprimer-300-millions-de-comptes-icloud/ - http://www.20minutes.fr/high-tech/2035331-20170322-apple-groupe-hackers-turkish-crime-family-menace-supprimer-moins-300-millions-comptes-icloud et quelques autres mais aucun quotidien national ni international
  14. ah ben dommage pour tous les canadiens ... Au moment où j'écris, il est 23.35 en France; donc raté pour ceux qui travaillaient .... Jack a raison :
  15. La bonne blague !!!! Pas rancunière la fille au final, elle se remet assez vite !